Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Biographie De L'auteur

  • : Le blog de Joëlle Carzon écrivain du Loiret
  • : Ce blog est destiné aux écrivains et aux lecteurs qui aiment romans et poésies. Il présentera tous les écrits et toutes les activités de Joëlle Carzon, auteur de poèmes et romans. Ce blog n'est pas destiné à recevoir des messages violents, ou politiques, ou religieux. (Suite à un messages troublant reçu ce jour : 25/12/12)
  • Contact

textes littéraires de l'auteur

Recherche

Bloc-notes

Liens

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 15:12

Homme libre, toujours tu chériras la mer !

La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme

Dans le déroulement infini de sa lame,

Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

 

Tu te plais à plonger au sein de ton image...

 

Baudelaire (“les Fleurs du mal”, édition illustrée par Henri Matisse - que je viens d’acheter.)

 

 

J’ai terminé mon précédent bloc-notes par le sourire de Jean Dujardin : je ne croyais pas si bien dire. On est transfiguré, envahi, immergé dans/par le sourire de Jean Dujardin ces derniers jours. Cocorico (je suis personnellement ravie) ! J’en profite pour rappeler au passage “le Bruit des glaçons” de Bertrand Blier, film à l’humour tendre mais aussi glaçant que j’avais beaucoup aimé. Que vive et joue longtemps, longtemps Jean Dujardin.

 

Cinéma ce mois-ci donc (février) :

La vérité si je mens 3, Thomas Gilou

José Garcia, Richard Anconina, Gilbert Melki (mon préféré)...

Gien, 4 février

Les magouilles, le fric et l’amitié. On retrouve avec plaisir les mêmes acteurs masculins, et les filles sont pas mal non plus (Léa Drucker). 5/2 : ouais, c’est vrai, c’est nul ! Et Anconina, que j’ai connu plus inspiré dans les années 80 (dans “Tchao Pantin“ et dans ce film dont j‘ai un extraordinaire souvenir, avec Marie Dubois, “L‘Intrus“ d‘Irène Jouannet - 1984), fait ici le minimum syndical.

 

La taupe, Tomas Alfredson

Gary Oldman, Benedict Cumberbatch (le récent Sherlock Holmes génial TV)

Montargis, 11/2

Beaucoup de gens semblent s’être ennuyés à ce film, mais, malgré la complexité de l’intrigue, je ne me suis pas ennuyée et j’ai même beaucoup aimé. L’atmosphère Guerre froide et années 60 est très bien rendue et le personnage de George Smiley est parfait. Colin Firth fait un très bon traître. J’adhère.

 

Sherlock Holmes 2, ? des ombres, Guy Ritchie

Robert Downey Junior, Jude Law, Rachel Mac Adams

Montargis, 18/2

J’ai préféré ce numéro 2 au numéro 1, trop sombre. Humour et action. Les deux acteurs (surtout Jude Law) sont très bien, les décors sont somptueux, on ne s’ennuie pas. Ce n’est cependant pas mon genre de film (qu’est-ce qu’est mon “genre” de film ? Hum... Rohmer ou Cronenberg ?!) J’attends Paris (24) pour choisir mieux mes films.

 

Albert Nobbs, Rodrigo Garcia

Paris, Gaumond Opéra, 24 février

Glenn Close

Un film en costumes qui se passe en Irlande où les femmes, encore plus que le reste de la population, étaient bien maltraitées. L’héroïne se déguise en homme pour gagner sa vie et découvre qu’elle n’est pas la seule. Un beau film sur la dureté d’une époque et la solitude.

 

Un monde sans femmes, Guillaume Brac

Paris, la Clef, 25/2

Vincent Macaigne

Encore un film sur la solitude, quoique rien à voir avec le précédent. Une belle description d’un homme timide dans une petite ville de bord de mer (côte picarde). Cet homme est confronté à deux femmes, la mère et la fille, qui viennent passer des vacances là. C’est un morceau de vie, très touchant. La promesse d’un super bon réalisateur. Quant à Vincent Macaigne (il paraît que c’est un metteur en scène de théâtre connu), il est formidable : doux, touchant, embarrassé... Un super acteur.

 

Et du côté de la Littérature :

 

J’ai déjeuné (au Del Papa rue de Buci) le 25 février avec “mon” Gauthier Jurgensen et je lui ai dit à quel point j’avais du mal à savoir ce que je préférais. Quoi ? Etre dans un fauteuil rouge dans un cinéma (mon Dieu, qu’y a-t-il de meilleur ?). Ou être avec un bon livre entre les mains avec l’impression de posséder le monde, d’ETRE le monde... ?

 

Je regarde toujours “la Grande Librairie” de François Busnel (regardez ses “Carnets de route”aux Etats-Unis : c’est une merveille) et celui-ci m’a fait acheter et lire donc LE TAPIS DU SALON d’Annie Saumont. Annie Saumont est une très vieille dame et, au cours de l’émission, Régis Jauffrey (ses “Microfictions” m’attendent toujours depuis au moins un an) est venu très gentiment, très galamment à sa rescousse car elle s’exprimait avec peine. Ceci dit, non, vraiment, ce n’est pas mon style de littérature. Aussitôt lu aussitôt oublié. Elle est paraît-il très appréciée à l’étranger, ce qui ne m’étonne guère pour les U.S.A. où Carver écrivait comme ça : c’est du mini-mini-minimalisme. Moi aussi je suis capable de faire “ça” (voir ma nouvelle “le Bouquet” sur ce blog) et moi on ne me publie pas. Oui, c’est injuste ! Je m’en vais cracher mon venin (“7 rue Pierre-Brossolette”, c’est tout de même mieux aussi que Samuel Benchetrit, et pourtant aucun éditeur n’en a voulu !). INJUSTICE, ENFER, ET DAMNATION ! ça y est, j’ai craché ma rancune et ma haine et je peux retourner à mon amour de la Littérature.

 

J’ai lu aussi ce mois-ci les PIECES d’Alan Ayckbourn (auteur tant aimé d’Alain Resnais - tome 5 en anglais), au comble du délice. Voilà un grand auteur de théâtre capable d’aborder tous les sujets avec la même aisance. J’ai lu Emeline Guillet (“mes deux étoiles”, livre policier d’une amie d’une amie à moi), l’ABCdaire du Chat (C majuscule à Chat, mon être magique, j’en parlerai peut-être un jour dans ce blog) et je suis en train de lire la merveilleuse Alison Lurie (LIAISONS ETRANGERES) qu’on peut rapprocher de David Lodge pour leurs sujets communs d’échanges de profs d’université entre les Etats-Unis et l’Angleterre. D’ailleurs, je crois qu’Alison Lurie et David Lodge sont amis. Pour ce qui est de David Lodge, je viens de voir (3 jours intenses à Paris), au théâtre Montparnasse “Pensées secrètes” (“Thoughts” in English) avec les excellents Isabelle Carré et Samuel Labarthe (le Dominique de Villepin de “la Conquête”). David Lodge et Alison Lurie sont les deux romanciers ces dernières années qui m’ont fait le plus rire (de vrais éclats de rire). J’ai ressorti “Un tout petit monde” de Lodge que je vais relire après Alison Lurie.

 

 

Comme mon cœur balance entre la Littérature et le cinéma, mon cœur balance entre Paris et le Loiret. J’ai retrouvé ma Loire (qui a charrié des glaçons il n’y a pas si longtemps) avec plaisir.

____________________________________________________________________________________________

12/3/12

311 visiteurs depuis 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by Joëlle Carzon - dans bloc-notes
commenter cet article

commentaires