Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Biographie De L'auteur

  • : Le blog de Joëlle Carzon écrivain du Loiret
  • : Ce blog est destiné aux écrivains et aux lecteurs qui aiment romans et poésies. Il présentera tous les écrits et toutes les activités de Joëlle Carzon, auteur de poèmes et romans. Ce blog n'est pas destiné à recevoir des messages violents, ou politiques, ou religieux. (Suite à un messages troublant reçu ce jour : 25/12/12)
  • Contact

textes littéraires de l'auteur

Recherche

Bloc-notes

Liens

25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 15:06

Cinéma en cette fin 2011 :

 

The Lady, Luc Besson

Michelle Yeoh, David Thewlis

Montargis, 4 décembre (matin)

Aung San Suu Kyi, la Dame de Birmanie, vue par Luc Besson. Une belle actrice pour un film moyen. Luc Besson ne mérite pas toutes les méchancetés qu’on entend sur son film (“le Masque et la Plume”) ; ce n’est tout de même pas un film déshonorant !

 

Carnage, Roman Polanski

Jodie Foster, Kate Winslet, Christopher Waltz, ? Reilly

Montargis, 8/12

Un huis-clos théâtral d’après l’excellentissime Yasmina Reza (“le dieu du carnage”). Deux enfants se bagarrent, les parents se rencontrent pour régler les choses à l’amiable. Tout commence dans la politesse et le savoir-vivre, mais petit à petit les masques tombent. Un très bon Polanski, mais j’en ai préféré d’autres (“Ghost Writer” l’année dernière, “Frantic”, etc.)

 

La délicatesse, David et Stéphane Foenkinos

Audrey Tautou, François Damiens

Montargis, 23/12

Une jeune et jolie femme perd son mari, puis se réfugie dans le travail. Un nouvel homme apparaît, pas très beau, trop discret, délicat. J’adore les histoires d’amour et ceci est un joli film. Tautou et Damiens sont délicieux. Je n’avais pas lu le livre.

 

Livres, etc. Bilan de l’année

 

En cette fin d’année, j’ai craqué et j’ai lâché un peu les mémoires longues et intelligentes (trop intelligentes pour ma petite personne ?) d’Alan Bennett (“Untold Stories”) pour me retourner vers des livres plus faciles (et en français). J’ai besoin de maintenir le rythme de lecture (au moins 4 livres par mois), sinon j’ai l’impression de faire du sur-place. J’ai donc lu deux très bons romans policiers (anciens) : “Complicité” de Francis Iles et “La face obscure du dollar” de Ross MacDonald, le premier étant un roman policier très classique (genre cadavre dans la bibliothèque sans trucs abominablement sanguinaires), le second classique aussi dans le genre Détective- Américain -Revenu -De -Tout et mâchant du chewing-gum en comptant les cadavres sans se démonter. J’ai lu, en poussant des “oh !” indignés et en m’amusant prodigieusement “Courir avec des ciseaux” d’Augusten Burroughs qui mélange scatologie, sexe et passage de l’enfance à l’adolescence (livre découvert par hasard en fouinant dans la vente de Gien d’Amnesty International - collection 10/18, excellente collection). Comme lectrice, je me prétends classique (ON me prétend classique), mais je suis pleine de tolérance pour les déviants et les pervers !

Polanski m’a donné envie de lire Yasmina Reza et j’ai donc lu “Hammerklavier” (Poche) et quelques pièces de théâtre. Son théâtre m’a beaucoup touchée, c’est intelligent et tchékovien, mais je n’ai guère aimé “Hammerklavier” qui montre une Yasmina Reza qui se prétend à l’écoute du monde, mais que j’ai trouvée plutôt égoïste, intolérante, bref pas sympa. Mais c’est une impression personnelle, je me trompe peut-être complètement.

 

Deux autres lecteurs ont lu mon “7 rue Pierre-Brossolette”, mon seul roman publié à compte d’auteur, et me demandent comment ça se fait que je n’ai pas trouvé d’éditeur. Eternelle question qui me lamine le cœur.

 

L’une de ces lecteurs m’a offert “Solar” pour me remercier, roman de l’excellentissime Ian McEwan. Je suis en train de le lire ; c’est difficile (l’anglais) mais j’ai décidé d’être courageuse et studieuse et de le lire avec application. Ian McEwan est drôle et grinçant, son choix de sujets est toujours remarquable. Très bon auteur pour terminer l’année en continuant de me croire un peu intello (adjectif qui dans ma bouche n’est pas péjoratif - ça veut dire surtout que je continue à me creuser un peu le citron).

 

 

Suite du bilan de l’année :

Sur “Facebook”, je me suis fait des “amis” autour du cinéma. C’est chouette. Merci à Gauthier Jurgensen et David Marantz qui sont de jeunes critiques de cinéma. Ils me permettent d’être un peu jeune moi aussi, et de me croire à la page. Facebook, c’est plutôt pas mal. Vive le monde entier !

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

26/12

Petit coup de déprime de ce 26 décembre : je me crois qui pour écrire sur le cinéma ? Enfin, j'écris juste quelques lignes pour chaque film, je sais bien, mais lorsque je lis les "vraies" critiques de mes amis Facebook, je me sens un peu lamentable. Ne devrais-je pas la boucler et me contenter des livres ? Et puis bon, et puis zut (mot disparu de la langue française), j'ai le droit de donner ma petite-petite opinion : "Incendies" est le meilleur film de l'année 2011 et "Tree of Life" (Palme d'Or) l'un des pires navets que j'aie jamais vus !

 

MES FILMS DE L'ANNEE 2011 :

-Incendies

- Polisse

- L'excercice de l'état

- Intouchables

- Midnight in Paris

- Une séparation

- La guerre est déclarée

- Drive

- Tomboy

- The artist

- Si tu meurs je te tue

- Angèle et Tony

(Les deux premiers en N°1 et N°2, et les suivants dans le désordre.)

 

PASSEZ DE BONNES FETES DE FIN D'ANNEE et QUE 2012 VOUS SOIT DOUX ET CULTUREL !

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

12/1/2012

3 visiteurs à ce jour pour janvier 2012 : ô désespoir ! 280 visiteurs depuis le début de ce blog (2009).

Bon, Joëlle, va ton petit bout de chemin sans te lamenter. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

’aurai vu 59 films en cette année 2011. Bonne année cinématographique :”The Artist”, Polanski, Woody Allen, Maïwen, c’est pas mal. J’ai été moins sensible au coup de “Drive” (voir l’enthousiasme de Gauthier Jurgensen), mais sensible tout de même au charisme de l’acteur principal (Ryan Gosling) et à la violence bizarre de ce film. Les entrées d’”Intouchables” ont marqué cette année : j’ai bien ri, moi qui suis plutôt coincée pour les films soi-disant drôles. Et puis on ne peut qu’être sensible au message de fraternité de cette histoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Joëlle Carzon - dans bloc-notes
commenter cet article

commentaires