Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Biographie De L'auteur

  • : Le blog de Joëlle Carzon écrivain du Loiret
  • : Ce blog est destiné aux écrivains et aux lecteurs qui aiment romans et poésies. Il présentera tous les écrits et toutes les activités de Joëlle Carzon, auteur de poèmes et romans. Ce blog n'est pas destiné à recevoir des messages violents, ou politiques, ou religieux. (Suite à un messages troublant reçu ce jour : 25/12/12)
  • Contact

textes littéraires de l'auteur

Recherche

Bloc-notes

Liens

25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 17:43

PARLE DU TEMPS

(Urgence !)

 

Quatre heures du mat j’ai des frissons

Comme disait la chanson

Quatre heures du mat le temps le temps

Peau de chagrin

Il y a urgence

Le temps le temps

A coulé sur ma vie a coulé sur les herbes

A coulé en rosée

Sur ma mince vie

 

Quatre heures du matin tout s’est gelé

Aux années aimées

A Paris les beaux seins

La taille mince et le teint clair

Des jeunes Parisiennes qui le dimanche

Traversent le pont avec des amants

Après des nuits passées

Des nuits dorées

De pleine lune ô mon Rohmer

Des nuits passées avec Augier

O mon passé de cinéma

Cinémato

Cinématophotographies

 

Quatre heures du mat le corps urgent

Dit la peau fatiguée et le ventre noué

Et le temps qui reste

Il faut parler disent les ombres

Alain Desproges et puis Truffaut

Pascale Augier Juliet Berto

Christine Pascal sur un pont de Paris

Il faut prendre le dernier métro

Passer le pont Mirabeau

Et parler des amis perdus

Tu as trop marché

Tu t’es trop tue

 

Je me tue à me souvenir

Mais le temps le temps

A quatre heures du matin

Passe comme un éclair méchant

Au-dessus de la Seine

 

Retournerai-je à Paris

Revoir Jacques et la gare de Lyon

Images fixées et ces trains qui m’emportent

Je me suis longtemps tue j’aurais dû parler

D’Apollinaire qui parlait de moi

Et moi je me suis tue tuée

Je me suis tuée quelquefois

Au bord des grands fleuves

Qui n’étaient pas ma Seine aimée

Parle Joëlle il n’est que temps

Le temps le temps de cette urgence

Mouloudji et Gainsbourg sont morts

Comme un p’tit coquelicot mon âme

Doit être rouge avant de flétrir

 

Sur mon ocre Paris aux musées recréés

Hopper Cassatt et les robes des impressionnistes

Il faut alors traverser Montargis

Alors qu’il faut s’arrêter sur le pont Joëlle

Pas seulement ceux de Paris

Et dire s’il y a urgence

La fleur ne s’est pas encore refermée

L’eau encre de la Loire coule dans mon stylo

Jacques est encore là La P’tite Conne est ressuscitée

Dans les mots tes mots peut-être

                                   Ô ma douce

Mais dans le mot il y a mort

 

 

Quatre heures du matin j’ai des frissons

Sur le dos fatigué du matin

Joëlle douce a tant vécu

Il ne faut pas mourir mon cœur

Il faut se souvenir du temps

Que traversent les artistes et les hippies

Et Patti Smith à Charleville

Et Neil qui écrit Young

Urgence urgence

A ne pas baisser les bras

A embrasser le temps qui fuit

A dire : Temps reste là

J’ai tant de choses encore à dire

Tant de ponts encore à parcourir

Et sur eux je jetterai

Le coquelicot de Mouloudji

L’ambre solaire des vacances à Cassis

Le poème où je disais : Je suis morte

 

Mais je ne suis pas morte

Même Déon Modiano D’Ormesson vivent encore

Tu vis Joëlle

A quatre heures au lieu des somnifères

Prends les bonbons de Jacques Rivette

Et prends le tournant voulu

Au coin de la rue voulue

Pour aller vers le temps

Tant de temps à raconter

 

Tant de temps et de poids du temps

Et ces rues ces ruelles et ces plages et ces cols en montagne

Au milieu desquels

Après tout tu as passé

 

Nuit du 24 octobre 2012

 

 

ET SI DEMAIN…

 

Et si demain on se levait

Et si demain on disait

La mer la mer

Et les lacs de gelée blanche

Et les edelweiss

Des pentes alpines

Et si demain on se levait

Et on disait

On part on part

Et plus rien plus de soucis plus d’ombres

Plus d’âme tourmentée

Plus de pentes trop raides

Plus de vagues glacées

Et si demain on partait

Et si demain on vivait

 

25/11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires