Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Biographie De L'auteur

  • : Le blog de Joëlle Carzon écrivain du Loiret
  • : Ce blog est destiné aux écrivains et aux lecteurs qui aiment romans et poésies. Il présentera tous les écrits et toutes les activités de Joëlle Carzon, auteur de poèmes et romans. Ce blog n'est pas destiné à recevoir des messages violents, ou politiques, ou religieux. (Suite à un messages troublant reçu ce jour : 25/12/12)
  • Contact

textes littéraires de l'auteur

Recherche

Bloc-notes

Liens

7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 08:07

HISTOIRE DE JOELLE ET D’UNE RITOURNELLE

 

Il y avait Joëlle écrivant une ritournelle

Des histoires de mares

Et sur leurs bords se lovaient des papillons

J’avais treize ans puis quinze puis vingt

J’étais amoureuse

D’un écrivain naturellement

 

L’écrivain est mort qui se souvient

De l’enfant joyeuse qui croyait

Aux écrits jamais morts aux poèmes éternels

A l’écrivain bien mort dans sa tombe de terre

 

J’avais vingt puis trente ans

Et j’ai écrit des romans balzaciens

Des nouvelles en colliers

Et des poèmes à la chaîne

Comme une ouvrière du printemps qui n’est jamais fatiguée

Je sortirais de l’usine et j’irais vers les bois

Remplis d’artistes libres et de poètes élus

Les massifs de fleurs sont des livres recyclés

Les ajoncs sont les lettres d’or des Pléiades

Le petit cœur qui bat est le mien et il ne bat que pour vous

Les lecteurs les écrivains les artistes

Ceux dont la plume tremble et ne faillit jamais

 

Mais tu faillis petite Joëlle

Les bois sont loin pleins de fleurs livres

Les ajoncs fanent et se défont sur la palette qui fond

Le cœur a ses raisons et les battements de cœur

S’espacent aux noms aimés Adieu Apollinaire Régis et puis Cadou

Etiez-vous écrivains moi je ne le suis plus

Adieu le cœur dansant et la tête en folie

Où est le talent mûr j’en ai brassé des blés

J’ai brassé tant de lettres et les lettres se tirent

Poète écrivain les lettres ont un grand rire

Jamais jamais poète jamais jamais Gribouille

Que du papier mâché des crayons bousillés

Des mots qui n’ont pas sens des discours pressés

Un enfant qu’on n’écoute pas

Qui ne fit que passer par-là

Léger léger comme un pollen

 

 

7/7/11

 

 Hier, j'ai reçu ma Nième lettre de refus d'un éditeur (depuis quand ? depuis que j'ai l'âge de 19 ans), sèche. Vous n'êtes plus rien alors. Malgré les manuscrits entassés, les encouragements d'amis, les montagnes de poèmes, les 15 ou 16 romans écrits. Je ne sais pas pourquoi je persiste à écrire aux éditeurs. Un très fort masochisme de ma part ? Une douleur encore plus appréciée quand elle est plus douleur ? L'abandon de la naissance (de ma naissance) que je renouvelle. J'ai beau me dire que je ne suis pas Proust, ni Balzac, ni mon cher Apollinaire, je ne peux m'empêcher de me jeter sur mon stylo salvateur." Faites ce que vous savez faire, disait W.Allen il n'y a pas longtemps, ne vous souciez pas de la reconnaissance, ça se finira au trou de toute façon." Faire ce que je sais faire, certes, mais si ce je je fais n'a pas le moindre intérêt ? Je ne me vois pas aller réciter mes poèmes en public, non, vraiment non. Allons, courage, ma petite Joëlle, deux ou trois personnes te lisent. Quatre, cinq... ? Je vais me retourner vers la nature et parler les beautés de la terre (celles qui restent)...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tara-danseorientale 08/07/2011 01:43


Quelle jolie ritournelle Joëlle ! Biz à l'ouvrière du printemps !